juin 10th, 2022 § 0 comments § permalink

Carré

Le carré noir de tes cheveux
Va sur la pale de l’immeuble je dis
La cisaille m’emmène et se fend
Dans le toit amène circule
La lente tempe
Et l’épine dans le chantre ouvert
La faille entre par la fenêtre sur le toit

Je suis le froid fendu je suis la faille
Dans la pierre aiguë je suis
La cervelle ingénue de tes doigts
Et suis fissure qui se fait avoir
Par la
Mauvaise sciure qui sort
Des écharpes

juin 7th, 2022 § 0 comments § permalink

Là-haut

Je ne fais rien pour que tu sois
Exactement en ce maquis et cette ligne
La bordure n’est qu’en soi même
Si les limites sont si dures
C’est que le relief est de pierre calcaire
Je m’effrite et ne sais toujours
Si l’apollon et la grande prêtresse
Si la lente agonie des plantes grasses
Succulentes en cette besace et ce grand large
De vent et de feuillage ciselés
Tiennent les parts et les granits
De ce doute vernaculaire

J’embrasse la pierre et tiens aux troncs noués
Aux archives des siècles ce qui penche
Dans la grande entente et quand en bas les villes
Usent de leurs si belles filles
Et de parures qui sont de ce métal mobile
Dont on ne sait l’origine
On dirait que les choses sont aussi subtiles
Que des vacances d’autrefois

Je n’use pas le granit pour en jouir

juin 7th, 2022 § 0 comments § permalink

Orphée

Dans le bleu panoptique le bleu qui vient
Il y a la durée du soir orphique
Qu’un chien stupide a brisée
Il y a des lignes d’immeubles
Et des villas et derrière il y a la colline
Où le saint a conquis la grande énigme
Et la grande épingle qui est passée
Par l’égout et par la divinité

Je suis le seul à être parmi la multitude
D’autres esprits qui ne seront
Jamais les mêmes bornes et les mêmes racines
Dans l’allée et dans la grande bordure
Dans les haies qui se dessinent

C’est une semblance de symbiose si fine
Qu’orphée seul passe par les lignes
De la musique inaudible
Et du rayon invisible

juin 1st, 2022 § 0 comments § permalink

L’iris fondamental

J’obtiens parfois le grain
Le train dans la cornée du terrain
Et dans l’angle de la pièce
Je pars déjà où viennent
Les rêves m’atteindre différemment
Tes yeux sont du minéral vivant
Et de la douce ambroisie
Tes yeux sont la tempe et la faille
Où je meurs aussi

Where am I?

You are currently viewing the archives for juin, 2022 at Forages.

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • ? dans
    • Florian dans
    • Abigael dans
    • Cézanne dans
  • Archives

  • Catégories

  • juin 2022
    L M M J V S D
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930