E (3) 08.07.21

juillet 20th, 2021 § 0 comments § permalink

 

C’est moi le chanceux qui aie droit à ton ventre
Qui aie droit à ta possessivité
A ta folie compressée en une bulle
Qui me convainc d’aller au bout encore
Des limbes de ton corps
Et de ton esprit sournois
C’est moi qui mérite la plaie
D’être crevassé en toi
D’être ton réduit
De dépendre des battements
Et des oraisons criardes de tes émois
Tes désirs

Qui me rendent fier parfois
D’être la victime et le sacrifice
Des tes passionnantes antennes
Qui te guident et me mènent
Vers une clairière où seul
Je rumine d’être le corps et l’esprit
D’un monde primitif

juillet 20th, 2021 § 0 comments § permalink

Mouvement de l’espace

 

Il y a des lieux à trouver
Ironiquement ils ne sont rien d’autre qu’un brin de nature
Ils sont les mêmes lieux que le tourment professe
Mais d’un seul endroit à l’autre
Alors que rien des feuilles persistantes
Et de la luminosité ne change
Le lieu est différent

Et l’esprit n’a rien à voir avec autre chose
L’esprit est un mobile qui affectionne le moment
Où la luminosité tord la tête différemment
Où les accoutrements de l’espace
Sont des organismes vivants

juillet 19th, 2021 § 0 comments § permalink

Philosophie

 

Quand tu restes agissent en vérité
Les lois algales et pleines des corps et des ennuis
Les règnes des bois pourris et des méandres
De vases et d’autres foutreries
C’est là que s’étalent les biens primordiaux
Qui longent les berges et les nuits solitaires
La nuit est la rumeur des autres seulement
Quand il n’y a pas d’autres traces que les premiers éléments
Les manières de vaincre les tourments

juillet 19th, 2021 § 0 comments § permalink

Opacité

 

Opaques aussi sont les définitions
Les sentiments incarnés par la pièce de métal
Parfois la pauvre tôle abandonnée
Que j’avais vue est encore supérieure
Au jeu des passions humaines
Aux corps qui ne se défont pas ainsi
Que cette lumière, et le son des eaux
Qui passent dans un sanctuaire

juillet 18th, 2021 § 0 comments § permalink

Revers
 

Je suis le vieux granit qui va exploser
Dans la main il y a la nuit après que l’ivresse
Ne se définisse jamais que par un certain brûlis
Je suis la bouche aussi de cette jeune fille
Qui trempe dans le temps indéfini
L’or de la stupidité les affres de la dépression
Je suis uni avec ce qui traverse le jour
Et le cours d’une journée

Rien ne traverse plus qu’une longue attente
Où l’on veut se gaver de sommeil avant que reprennent
Les essaims merveilleux où l’on était en train
De faire des révolutions dans le léger appareil
D’une résurrection

E (2) 30.05.21

juillet 12th, 2021 § 0 comments § permalink

 

Le mal véhément que tu suscites
Fait de toi l’obscure pâte
Où je mens d’aimer cette créature
Mauvaise et gentille qui me perd
Dans les fondations que tu sapes
J’ai peur de naitre autrement
Qu’en refusant les abîmes et les cloaques
La simple nourriture que tu es

J’ai peur que le soleil engloutisse
Les rayons mauvais et l’angoisse
Que tes furies font saigner
Dans la bouche et les omoplates
De tes bandes et de tes secrets

E (1) 14.05.21

juillet 12th, 2021 § 0 comments § permalink

 

On déprimait parce que des cerveaux sont isolés
Dans les grands tentacules de l’esprit
Les matières ne s’enlacent pas
A d’autres miettes de rêves
Les métaux froids ne sont pas le jus qui se révèle
Dans nos artères
Rien ne s’épuise que des lacs somnambules
Dans les réalisations passagères
L’oiseau ne murit pas ailleurs
Que dans les cages et les bunkers

Les jachères s’évident
Dans les méandres de nos demeures
Où sont les rancœurs et les diamètres
Les épaisseurs des coulées de granit

On ne rit pas plus encore dans les langes des seigneurs
Dans les prairies
Où le sang enfin se déverse
Pour nous délier et nous surprendre

juillet 4th, 2021 § 0 comments § permalink

MURS

 

Les gens se méprennent souvent d’être à eux ce qui
N’est qu’au fond une intempérie
Et un lit où l’on ne se couche pas
Une monnaie qui n’achète que des places
Vides, mais seulement
Contentes d’obtenir le spectacle qui n’a pas encore été vu
Contentes de marier la rebelle conclusion
Des embouchures, des barques qui sont le dos courbé
D’autres histoires et d’autres maisons
D’autres incommunicables murs et des prisons des fois
Où l’on ne sait plus qui repose
Mais hallali pour celui qui va dans les tombes et les sécrétions

L’existence est une demeure où fusionnent
Les grands murs et la petite bulle
Qui paye le prix des élévations

juillet 1st, 2021 § 0 comments § permalink

D
 

Il est solaire et l’or
Le brave ainsi que l’on a disséqué
Les montagnes où j’habitais
Le démon passe ses longues mains
Où logent les animaux et les bêtes
Quand il se tort il est d’une telle juvénilité
Mon dieu qu’il est beau d’avoir deux sangs
Celui des ténèbres et l’aurore plus lointaine
Que les fonds des volcans

juin 24th, 2021 § 0 comments § permalink

 

Le soin entre en soi dans une personnalité que je ne connais
Vraiment pas si bien que les heures et les masses
Qui prennent parfois dans les neiges ou les soirs
Je ne sais rien que j’aime un brin d’un paradis
Qui me sied comme le ventricule à l’église
Comme le clocher du vagabond
Dont les tintements s’approchent
D’une folie si bien en germe
Qu’en marchant on ne sait plus parler
On balbutie ce qui est propre à la scénographie
Enroulé dans de l’asphalte et dans les chaines de la vie
Et la libération infusée comme une couronne
Se sent dans les épicentres
Les horizons et les maladies

On marche dans le cœur de la cendre
Et dans le cœur d’une pulsation natale
One ne dit rien que folie et scénographie encore
Comme les terres qui se tarissent
On retourne pourtant la parole
Au point où elle vagit

Where Am I?

You are currently browsing the Poésie category at Forages.

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  • juillet 2021
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031