septembre 24th, 2020 § 0 comments § permalink

NEIGE
 

c’était la musique continue
une neige particulière dans la pièce
la poésie ne prêtera jamais attention aux sentiments
nous sommes et étions les enfants de la neige
et cette musique et la cité
quand bien même nous mourrons
la pièce n’avait pas la faculté de trahir
mais envoyait des signaux
comme des perles électriques

s’il faut souffrir encore
dans la masure de la pièce ainsi
que des métaux ou des longues viscères

septembre 22nd, 2020 § 0 comments § permalink

MOMENT

 

tout n’est que jardins de pleurs, de souffrances
ma voix pleure
et je vais où la douleur est une atteinte
au pays qui te ressemble
comme dirait l’autre

je suis le grain qui ne prend plus
et germe sur un roc
où l’aventure plaît à des esprits
de distribuer leurs mauvais socles

n’a eu lieu aucun sarcasme qui me commande
et dans cette roue huilée
je suis le seul à me déprendre
de ma solitaire névralgie
et du pleur qui me gouverne

je n’aime plus à partir ailleurs qu’en ce roc
qui germe et féconde les tonnelles
où je ne bois rien
qu’une sécheresse qui me gouverne

septembre 19th, 2020 § 0 comments § permalink

TARD LE SOIR

 

j’espère que tu garderas au moins certains souvenirs
certaines bonnes émotions dans le lot
et la conformité
dans l’ablation des contraintes
et dans ce temps vespéral
que tu seras sur le point de découvrir quand seront
les étoiles muettes et les champs
au désespoir d’agir

les temps sont anciens
la jeunesse est une heure dans la chambre
mais tout est poreux ainsi qu’une maison
on est chez soi dans une traverse
on meurt de ne pouvoir toucher encore
et toujours l’obsolescence muette

septembre 18th, 2020 § 0 comments § permalink

T.

 

Ce doit être un vrai bonheur
d’être entièrement l’accord
et la teneur qui tremble
d’être unis dans le sein de la grande divine
de la mélancolique nature, qui partant
partout le bonheur se rencontre
de n’être que la balle et le foin esseulés
dans le tremblotement
des chenilles qui se suivent
c’est dans la magie du rien que suivent toutes
les parodies et les paravents
du seul cloisonnement

septembre 18th, 2020 § 0 comments § permalink

CHANGEMENT (bis)
 

Le changement
est une tige fine
et les variations
sont des oscillations et des génuflexions
sur la croûte terrestre
devenue devin et réalité
irréaliste tant elle est sublime

on meurt de ne connaitre
la voie qui sort
dans le tremblement de l’être
pas de commérage
pour la sortie au-dehors

septembre 17th, 2020 § 0 comments § permalink

RUPTURE
 

Tu avais l’air d’une lionne
dans la chambre à dormir telle
qu’il s’en présente dans les rêves
qu’on ne peut subir autrement que par une plainte certaine
une mélancolie de ne jamais saisir
ce qui dort dans les antres d’un autre ciel
verdure qui court
mie de pain étrange mâchée et remâchée
par le temps du sommeil
jamais la farine et la pâte ne transparaissent
ailleurs qu’en une façade

on attend que le temps emplisse
d’autres espaces
et bien que rien ne paraisse restreint
on ne peut extirper que par un souvenir
ou des manèges divers qui nous prennent
dans la vie sédative

souffrance d’être arrivé au terme

septembre 17th, 2020 § 0 comments § permalink

SEMENCE
 

A l’origine l’esthétisme était un creuset
comme un vagin où l’on vendait les âmes
les mots et les pleurs flottaient
dans le dégueulis d’un vent rageur
et rien ne se pressait dans la chambre exiguë
où l’on pensait aux longues heures du vent

les coups étaient des lames portées à l’esprit
on fécondait des terres avec du grésil
on se plaignait, et les morts étaient des cacophonies
du catéchisme brinquebalant

septembre 15th, 2020 § 0 comments § permalink

DEREGLEMENT

 

Je veux écrire
sur la stimulation
sur les musiques précises.
les courants sont des ondes que l’on sépare
du plein affectif de la cité
dans les ovales électriques
sont les dures réalités du bruit
mais les sens déréglés de l’esprit
sont les meilleures musiques qui s’appliquent
aux sons chaotiques qui sont
électrons du monde.

septembre 14th, 2020 § 0 comments § permalink

CHANGEMENT

 

Son changement d’humeur
je le dis sur la parole de la tragédie
qui ne m’importe que peu
les variations sont le ciel à venir
et les changements sont la matière qui le pénètre
toujours on part d’un regain de mystère
qui prend à témoin la planète
comme un succédané de comètes
stagnant là

elle est d’humeur à confondre
le diamant avec l’obscénité

septembre 13th, 2020 § 0 comments § permalink

BONDIEUSERIE
 

Être un simple esprit, sans âme et sans corps
Être le simple appareil d’où viennent toutes les nuances
la simple et première des véritables relaxations
le premier dont on parlé les anciens
à moins que ce ne fut déjà tronqué
mais la contemplation a son règne animal
et ne plus penser parmi la pensée
est l’éclosion de la stupeur
le véritable lien.

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Timothée dans
    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    septembre 2020
    L Ma Me J V S D
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930