février 28th, 2021 § 0 comments § permalink

PERIPLE
 

je possède une chose enfouie
je me bats parfois contre une perdition
qui circule à côté et moi suis au coeur
d’un trouble dont le mal connecte
ses antennes à des choses dévolues
il précipite parfois, des tombés et des chutes
mais dans la coulée de granit
je suis d’autres blocs si souvent
qui sont le sable de la vie
qui n’a pu ailleurs se condenser
comme les mauvais esprits se forment
les douces algues et les verres
teignent dans leurs corps
les sens de l’ailleurs

février 26th, 2021 § 0 comments § permalink

ABSENCE
 

tes lèvres dépigmentées
livide, est le train du monde
il court sur la plaine où il n’y a plus de sang
il prend dans les graines et les vases
les restes qui pulvérisent la dureté des assises
et du parterre

tes lèvres dépigmentées sont la fin du monde
je ne me lève que pour aller, et partir
dans les autres contrées
où il n’y a plus de monde
que des lèvres dépigmentées.

février 26th, 2021 § 0 comments § permalink

DENSITE
 

je ne pense finalement à rien
que des arbres qui s’enlacent
des densités qui s’étreignent
le monde est clair et limpide
de ne plus être
et de ne plus faire partie
d’ordurières façons du paraitre
de l’exclusivité et de l’obtention
il n’y a plus personne
des chats bleus comme ciel
et des visions si claires
que des aiguilles de pins
semblent des êtres

il semble être une chose si claire
si visible que ne dissimule
aucune perte et aucune manière
le temps est un créneau d’usine
et les lieux des ministères
mais il n’y a pas de jour ou de nuit
dans l’alcôve suprême de l’être
il n’y a pas de paradis
ailleurs qu’en le seul paraitre

février 23rd, 2021 § 0 comments § permalink

POSTURES
 

les strates volcaniques
ont des bulles d’air dans leurs masses
le marbre ses veinules
et l’homme prend à témoin des énergies et des souffles
qui cohabitent avec ses postures
ses lacets qui entrent dans le coeur de la nuit
dans la fissure du monde
dans l’origine de la foudre
dans les lacis vulgaires qui gèlent
dans les septentrions noirs et spongieux
c’est là qu’est un opéra fait de tours et de structures
dans la régularité d’un autre monde qui est dans la masse
de nuits et de faces cachées c’est là seulement
parfois que sont les douves et les semeurs
de troubles

dans les puits et les forages
dans les couches immaculées
dans les gites où l’on passe
et les dents d’anciens cétacés
c’est dans les ordures comme le minéral le pus précieux
les bâtiments de moindre allure
que passe l’amiral des nuits
la raison et le calme
de se voir stratifié

08.02

février 23rd, 2021 § 0 comments § permalink

 

c’est ton haleine qui court, court le long
ouverte comme un phénomène
elle tance le long des longues artères
ses phénomènes et nénuphars
de clartés sereines
elle tance comme viennent les saisons
éclore et manger dans les disques
et les diapasons d’autres semaines

février 23rd, 2021 § 0 comments § permalink

LE FLEUVE

 

comment un fleuve échoue est une manière
particulière
de décrire l’amour qui passe dans la vie d’un homme
il s’engouffre dans les veines de son corps
marche dans le sang jusqu’à le vider et l’évincer
sur des berges odorantes et mornes
ce fleuve qu’il adore
il n’est plus qu’une ombre solitaire
une angoisse oubliée
qui perce parmi les jours

février 23rd, 2021 § 0 comments § permalink

FÊTES
 

Je n’arrive pas à m’extraire de cette fête
quel est l’objet qui me mut
la transes et les paquets de liquides
la géométrie variable du mouvement
ce sens était-il une navette vouée
à se sacrifier dans son orbite
on parle de choses malingres qui déferlent
subitement
arrivent au terme et pendant
qu’on joue d’autres instances se défont
les gens, les gens toujours regardent
droit devant moi, plus loin, plus tard
avant que la circonférence atteigne
le point où elle se réduise
avant que l’éparpillement
occasionne des pertes.

février 21st, 2021 § 0 comments § permalink

PLANET CARAVAN

 

c’est dans un mausolée même
on dirait que les choses sont atténuées
les frontières avec le pays voisin sont larges
mais ne laissent s’échapper
que de langoureuses pies
j’ai étendu à la steppe
mes marées salantes qui viennent déjouer
les masses d’air de la grande ligne de fuite
j’y suis logé avec des réverbères omniscients
l’éternelle lumière des villes
et la sauvagerie des lieux
des habitants

qui sont des manifestations
encore certaines, de mon léger amoindrissement
je suis dans les villes du désert
et dans les bicoques où l’on chante encore le christ
le micmac du nouveau monde a une histoire
qui se tient dans les rangées encore stables
d’un mystère dont on ne sait rien

février 21st, 2021 § 0 comments § permalink

A LA FRONTIERE DU MEXIQUE

 

bouffée d’air libre sauvage
dangereuse et belle
immensité

les dommages du désert
la grande stratégie de l’histoire
évanouie dans l’amour frustré que j’ai pour elle
pour une autre que je n’ai pas
une que j’ai déçue
folie

février 20th, 2021 § 0 comments § permalink

RÊVE DE CHEVET

 

L’angle de cette table de chevet
est légèrement émoussé
pas par l’érosion
mais par un léger mouvement de main

je la connais cette table
je dors dans ses rêves de bois
et de métal
je ne dis rien que le rêve de la table
qui n’est plus
de n’avoir jamais été
qu’un artisanat disparu
un travail réprimé

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
    • Florian dans
    • Timothée dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    février 2021
    L Ma Me J V S D
    « jan    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728