juin 30th, 2022 § 0 comments

Ville.

Toi ma vile tu es silencieuse comme des gens disparus
Tu es l’unique effervescence et le temps passé
Le temps où tu as vécu
Le temps où l’on t’a construite
Et tu gardes cela intact et chaque bordure de tuile
Telle que je t’ai vue sur une image
Est le seul salon et la seule communauté
Des ancêtres qui transparaissent dans tes vides

Il n’y avait que toi ce jour là où j’ai surpris
Comment cela était avant que tu ne sois plus
Et comme le passé est toujours un noyau
Qui dure dans cet espoir éteint et cette tempe rassasiée
Ce léger venin et ce temps arrêté
D’être toujours dans la main
Et la bouche du poète

Le cœur battant d’aucune ruine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • ? dans
    • Florian dans
    • Abigael dans
    • Cézanne dans
  • Archives

  • Catégories

  • décembre 2022
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031