janvier 8th, 2022 § 0 comments

Les rives du Bosphore

Combien de bateaux vais-je encore devoir déchiffrer
Avec le scalpel de l’œil voyez-vous avec ce qui
Dénombre la grandeur de ce qui passe
Et la majesté des moteurs qui roucoulent
Dans les avenues où la tristesse et la joie se mêlent
L’eau des étendues amène à des souffles de villes
Et des cohésions de personnes qui ne souffrent
D’être détaché de leur port et leur mer
Des hommes s’emballent dans les caisses vides
Et des clapotis viennent figurer d’autres régions
Que la seule limpide où l’on baigne

Je ne sais pas combien de temps ma tristesse
Gardera la lueur qui m’éprend, qu’elle m’éprenne
Cette tendre confection de l’être et ce magique moment
Où rester file comme les lueurs des vaguelettes
Et tremper son esprit dans les eaux et les pierres aiguise
Les manches de cette journée qui n’est plus en moi
Mais un débarcadère et je voudrais pourtant ne plus être
Garder la tristesse dissoute dont les relents
Sont les havres cannabiques du continent

Les boyaux de la mer sont plus que les livres derniers
Les pages succulentes de femmes et de mal aimés
Qui les suivent et touchent et pleurent tout en restant
Dans la grasse comédie de l’instant

Oui rester si longtemps

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Cézanne dans
    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  • juin 2022
    L M M J V S D
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930