Claire Ceira

True love waits (d’après Radiohead)

par claire le 27 juin, 2016

le vrai amour attend
près de la rivière
près du lavoir où personne ne lave
et où les algues laissent aller leur cheveux verts dans le courant.
le vrai amour ne peut aller nulle part, il est de garde
il faut qu’il puisse donner à boire, baigner.

il attend en haut de la grange
près du trou dangereux où on bascule le foin
mêmes grains de blé oubliés
même nourriture de poussière
le vrai amour n’a jamais trop chaud
il flaire l’odeur qu’on aime.

le vrai amour vit dans sa propre maison, rivière, grange.

2 comments

Un ciel couleur orangé,
Progresse à cheval sur le vent.
Ce sont les premiers frissons d’octobre,
Les nuages s’effilochent,

Et déjouent le parcours des branches,
On les dirait emportés,
Echarpes légères,
Vers un matin qu’on ignore encore.

Celui d’un cœur que l’on sonde,
Et qui bondit , dans l’attente,
D’une sonnerie du téléphone,
Il me dirait ta voix chantante .

Quand elle me parvient,
Je me sens rassuré,
C’est une étoffe douce,
Qui m’enveloppe.

Oui, je regarde le nouveau jour,
Et , une tasse de café à la main,
La nuit finit par disparaître,
A mesure que je la bois .

Je te verrai demain,
Est-il possible que le bonheur,
Me rejoigne enfin ?
Comme il t’enveloppera …

Un nouveau matin,
Encore, et tu seras là,
Baignée de lumière orangée
De la tête aux pieds.

RC – sept 2014

by René Chabriere on 15 mai 2017 at 12 h 16 min. #

Bonjour René,

J’aime beaucoup ces trois poèmes, en réponse aux miens.
Il y a des échos évidents et ils les accompagnent d’assez près.
Je crois que les miens ont quelque chose de plus « mythique » (je veux dire qu’ils se développent sur des choses fantasmée, imagianires) et les vôtres plus ancrés dans une réalité vécue. Mais c’est d’autant plus riche ces correspondances.

by claire on 19 mai 2017 at 11 h 51 min. #

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.