Claire Ceira

le temps

par claire le 11 juin, 2020

II

attendre que quelqu’un meure
au loin
quelqu’un qui est votre mère
et ne ressemble plus en rien
à ce qu’elle fut.
qui n’ouvre plus les yeux ne parle plus
déjà presque semblable à ce corps qu’elle sera
juste avant de s’effacer
à jamais de nos regards.
c’est tellement étrange
on n’arrive pas à penser.

le passé est derrière chaque minute
comme un fantôme tenu à distance
et le présent est comme un seuil – un seuil prolongé, fatigant.

on attend le point de rupture
l’appel téléphonique
trou où la vie disparaît.

One comment

C’est encore une chance
De pouvoir s’effacer soi même
Le trou est une entité vivante
Où il fait bon encore disparaître
Mais les nerfs sont le véritable obstacle
Au grand air des planètes
Ceux qui cherchent ailleurs
Le simple pli de la rivière
Ne sont pas encore à naître

Ceux qui naissent sont dans le front
Et dans la voix qui s’élèvent
Ils sont dans la bouche de la fenêtre
Sur la ville.

by Florian on 26 avril 2021 at 20 h 19 min. #

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.