Claire Ceira

équinoxe

par claire le 21 septembre, 2019

l’orage est là
dans le silence de la maison
le chagrin fait comme une nappe, une brume.
devant le ciel gris clair les feuilles bougent.

j’ai pris soin des plantes, de leurs fleurs
les éclairs sont des interjections de lumière
tout est éteint dans la maison
je laisse le soir
peu à peu entrer.

c’est bon d’être seul
dans la tristesse
bouche bien fermée
c’est bon de ne pas avoir à parler.

le vent tord doucement les branches
devant le ciel qui s’assombrit
il soulève un coin de la nappe écarlate
salie de terre, chaque goutte est claire.

le tonnerre roule son lourd véhicule
sans menace. on dirait un chien
de garde qui ne comprend pas.
le chagrin boit tout, à longs traits.

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.