Claire Ceira

encre 1

par claire le 27 novembre, 2018

tout est flou, nimbé, liquide comme le soir
une ligne d’eau pour avoir encore rendez-vous
avec ce pays
en soi / soi en ce pays
et le non-soi d’une voix qui bourdonne.

tout est flou parce que la ligne, l’eau et ces pierres
singulières on doit les chercher longtemps
elles ne sont jamais certaines
ni frappées d’un sceau
rien ne s’en monnaie.

un animal mourant jette un dernier regard devant lui, et puis éteint le monde
dans cet espace où flottent les îles, où la lumière, tout le temps, existe.

des verbes qui se font entendre
(on y allait, on pouvait toujours y revenir
et y laisser un no man’s land).
je l’atteins à nouveau d’un pas incertain
seule je crois.

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.