août 11th, 2020 § 0 comments

 

Le réel délivre une quantité monstrueuse
de possibilités
les unes sont prises ensembles par des groupes
par des entités saillantes
d’autres se logent, ou plutôt se coincent
dans des âmes chétives
mais encore on y voit des similitudes
cette quantité monstrueuse si elle venait
à former une seule entité
si dans un corps il y avait suffisamment de possible
pour qu’il dérive continûment
ce serait encore une manière de vivre
un parti pris

mais être bercé de contemplation
est une maladie qui se soigne elle-même
un empire de rien
qui fond dans l’huile d’une rivière

être vif est un train sans destination
une oeillère et des nerfs mus par un désir de réalisation
qui galvaniserait le créateur de ce désir

j’avance parfois sans savoir
mais le temps du possible est en moi
comme os croissent et comme les rameaux se brisent
le possible me dore ainsi qu’une abeille
d’autres fois songeur au bord du gouffre
dans son acception de plénitude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  • juillet 2021
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031