mai 23rd, 2022 § 0 comments

JE ME SOUVIENS DE TOI

Je me souviens de la salive amère du soir
Comme des algues s’accrochent à des bois
Et des pierres moussues dans les murs
Un tunnel où l’on entre dans l’usure
Et des bancs sales d’être dévêtus
Cela n’avait jamais été un endroit sinistre

Cela semblait irréel et pourtant c’était la vérité
Il y avait des marches où j’étais assis
Il y avait des déchets et des produits
Des senteurs qu’on ne perçoit pas
Il y avait de l’ivresse et un trouble
Et des rameurs qui avançaient

J’étais seul mais montaient des saveurs
Et des ivresses et le grain des marches
J’avançais dans mon cœur et voyais des images
Je pensais à des gens qui n’ont pas de présence
J’étais habité par un secret et une souffrance
Et je restais dans le cœur du bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Cézanne dans
    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  • septembre 2022
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930