août 15th, 2020 § 0 comments

COMMUNAUTE

 
à E.

je suis triste qu’il n’y ait de langage
au discours qui déborde sur la vie
et qu’on dusse élever des plumages
à l’abri des cités comme des nuits
nous sommes les passants qui ne peuvent dire
à peine certaines haltes constructives
mais aller dans le sang, être la marée
et se retirer dans les eaux ou les champs
les restes d’urbanité

ton corps d’oiseau et ses discours malades
veux-tu seulement avoir des ailes pour pleurer
et des yeux pour voir derrière la colline
le nid de l’antique et le rêve de la substance
on entend des voix qui sont les chants
des autres hommes dont on ne sait rien encore
des sévices qu’ils ont subi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    juin 2021
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930