juillet 5th, 2020 § 0 comments

LE BERGER
 

De jeunes progressistes emboisent
Une odeur de venin. J’ai dit qu’il s’agissait de construire
Des mausolées en ce monde. Soyez
Assoiffés du divin qui compose
La vie errante et le sens
Qui est l’eau sur la bouche d’une réalité
Sans avoir le besoin d’une pensée

La pensée convainc celui qui ne mène qu’un seul chemin
Je déboise les contours des pics et des terres
Arides où le seigneur a posé ses mains
Que sont l’iode et le tamarin

Il n’y a pas de prise ailleurs qu’au sein
Du tendre serin qui se pose
Et d’une montée que la terre étreint
Dans l’âpreté de ses sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    août 2020
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31