décembre 3rd, 2019 § 0 comments

 

Mais c’est pour garder un bon souvenir de moi
que tu es partie
à ce moment là c’est pour enlever au corps du papillon ses ailes
arracher au fumier sa mauvaise essence
c’est pour me tancer dans un infini mouvant
pour me faire voir des alacrités des salaisons
des désarrois opaques où la lumière derrière
est la lumière du nord des septentrions
où j’ausculte la dernière paroi
où les falaises de roches ont cette vision en elles
de roches plus lointaines où le givre
n’a pas encore eu lieu
pour me faire sentir friable parfois à ce point
que je dois être en plein crépuscule
pour mesurer une dernière fois le violet et le brun
qui plaisaient à ma culpabilité

mais combien de temps je pourrais partir
je ne bouge plus
et remue ma truffe en poussant des couinements de vieil homme
enseveli par le train du jour le grain
que des folies subalternes découvrent
la puissance de n’exister
que dans des fondrières de doutes
où je guéris oui d’une humaine platitude
en étant plus plat encore qu’une merde
et qu’un noyau dans un estomac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    décembre 2019
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031