novembre 29th, 2019 § 0 comments

 

Emporte-moi globicéphale
la ville a parfois le caractère abrupt
d’une arête, ou d’une artère où circulent
sans cesse ces passants crédités
par la grâce d’une cité

globicéphale au nom abrupt de l’évasion
la transmission des sangs marins dans la générosité
d’une sainte mère
d’un coeur envahi encore par ces données urbaines
des nuits au tamis et l’ivresse et l’amour dans une soie
bien encore qu’elle lui nuise
avec des alarmes et parfois l’ennui de connaître

et toi globicéphale
toi le dauphin qui piques dans le sombre quand seulement
il n’y a plus d’enceintes et d’artères urbaines
qu’un champ liquide où la pression
n’est pas tout à fait la même

je sais en toi ce couronnement de la ville
vers l’infini qui s’oblitère
et dans la tendresse d’avoir commis la faute de partir
tu portes le seul sel qui m’ait conquis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    décembre 2019
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031