avril 8th, 2018 § 4 comments

 

Ai tant éprouvé de chemins
Qu’il m’en reste en soleil et ses furies
Doucereusement mangent à même la terre
Cela s’inverse la nuit
Ombres et nappes sucrées, dansent
Encore fébrilement sur le venin du jour

Le jour a été une marche éconduite de chanvre
Une lente agonie de cygne
Une montagne délogée
Déconstruite dans la poudre d’élytres
Que le sang de juillet et le venin du chanvre
Mêlent au sentiment intérieur
Vin et liqueur et bières blondes
S’accommodent de fleuves
Et de fleurs pressées dans l’épreuve
La fixité du lieu.

Mais je ne dis rien du délire qui est être

§ 4 Responses to "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    novembre 2019
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930