février 6th, 2022 § 1 comment

Mon ami


Mon ami n’est plus il est parti
Les hauts-le-colibri aussi ont disparu
Ils sont dans la cellule et la géhenne
Ils sont dans les limbes du paradis
Je ne sais plus ce que je dis
Dans la fumée du partir
Les médicaments sont des béquilles
Qui sillonnent les paradis
Je ne sais plus où sont les mangeoires
Et je crois que les plaines céréalières
Sont réelles dans la nature cérébrale
Je crois que les esprits sont des alvéoles
Et des fantômes notoires
De chair et d’algues

Mon ami je ne sais plus
Si la grande cathédrale de Dresde
Est aussi imposante que sa figure
Sur une toile agreste
La cathédrale est enfouie dans le murmure
Et une image plane
Pleine des synesthésies du futur

LA CATHEDRALE DE DRESDE

Mon ami es-tu
Le vent de Dresde qui s’enfuit
La plaine de mystère où l’on s’ennuie
La seule artificialité de la nature
Le germe des esprits qui dans le vent
Subsistent par des déconfitures
Et des fiançailles avenantes

Mon ami sais-tu que je perçois souvent
Combien l’envergure du futur est logée
Dans ce petit brin de roche noire et usée
Et comme les peintures valorisent
Les émois qui sont dans les voilures

Je ne vois que la synthèse successive
Comme du sucre sur des desserts
Comme des peintures altières
Dans les vents des cathédrales enfuies
Dans le temps spectral de la mémoire
Dans les allées perdues du talus

§ One Response to

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Cézanne dans
    • Florian dans
    • Abigaelle dans
    • 4ine dans
    • Partenaire particulier dans
  • Archives

  • Catégories

  • septembre 2022
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930