septembre 17th, 2022 § 0 comments § permalink

Nuit au parc

Le parc est fait de branches qui se détachent
On y voit l’œuvre de Van Gogh
On voit se déstabiliser les structures
Et même mentales se mentent dans la connivence
Du grand et suprême décadrement

Je me décadre comme on fusionne des forêts pubiennes
Je me surcadre dans les alvéoles humaines
Je ne suis rien qu’un chemin qui me nargue
D’être un train et un néon du soir

Dans la gueule, dans la belle bouche et les yeux doux
De la femme et dans les lèvres du loup
Et le chien qui passe et lèche les bouches
Les nuits sont des vents de septembre au genou

Where am I?

You are currently viewing the archives for samedi, septembre 17th, 2022 at Forages.

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • ? dans
    • Florian dans
    • Abigael dans
    • Cézanne dans
  • Archives

  • Catégories

  • septembre 2022
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930