septembre 7th, 2022 § 0 comments § permalink

Marseille.

Je suis allé dans une cité de belles femmes
La phocéenne a souvent les veines aux abois
On avance dans les pentes et les sentes
Parfois misérables mais dure le jour
Et dure le bitume et parfois un espoir

Parfois le temps et les collines, mais des pierres
De ces immeubles où ont été jadis
Parfois les femmes sont si belles et parisiennes
Elles ont ce charme de vestale qui rime avec la pierre
Dans les tendons de Marseille s’éprouve la mer

Dans les bassins et les parcs sont des murènes marines
Dans le vivier est la flamme qui grossit
Et parfois se dilate une poche d’air dans le feu
Rien qui ne puisse dire comme on approche

Dans la main et l’ardeur chevelue de ces femmes
Sont les durs pansements qui meurent dans le jour
Infimes et grands sont les muscles de l’espace
Mais la chair ne touche jamais que ce ciel

Where am I?

You are currently viewing the archives for mercredi, septembre 7th, 2022 at Forages.

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • ? dans
    • Florian dans
    • Abigael dans
    • Cézanne dans
  • Archives

  • Catégories

  • septembre 2022
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930