juin 30th, 2020 § 0 comments

 

Non de silence dans une avenue pareille
Pour que passent et se défassent des appareils
Dont l’insignifiance est une bouée
Tranquille mais déconstruite comme le lointain du cri

Il vit en battant des balles dispersées
Celui qui touche aux notes mystérieuses
Aux touches nauséabondes du piano
Il est comme un reflux celui qui s’étend
Sur la lande des colères et l’abstention
De la parole celui qui tient à terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    août 2020
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31