juin 30th, 2018 § 1 comment

 

Ne rien posséder
Dans la nuit la flammèche
Encore qu’aucun crépitement ne soit sien
Mais appartienne aux nappes souterraines

Ne rien désirer ni obtenir
D’autre qu’une peur vaguement infantile
Toi qui as si bien brillé dans le terreau du jour
Et sommeillé dans l’apparition du soir
Tu es la balle de foin esseulée
Qui se choque aux lèvres du cosmos
Abandonné, mais tellement livré
Au bien le plus ridicule qui abonde
Que c’en est assez.

§ One Response to

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    janvier 2020
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031