novembre 3rd, 2020 § 0 comments

 

Bel éphèbe
roulant sur toi
sur l’orbite lunaire
accompagnes la haute cime
bel enfant qui se meut dans les noeuds
du tonnerre il n’y a que broussailles
dans les clés que tu allègues
à l’infini

il y aurait cent démiurges que seul
fragilement tu serais le miroir
où l’on voit la densité des créations s’enrichir
des années se faire comme les creux
où les gens essaiment leur souvenir
l’allégorie bleue
et ce parfum pourpre dont j’avais parlé

le gel, le feu
subliment le temps passé
et le présent est une rasade coupée
de l’air sec et tempéré de l’hiver
le gel et feu divisent ce qui chez soi est beauté
les miroirs sont des prises et le tain
de l’électricité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
    • Partenaire particulier dans
    • Florian dans
    • Timothée dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    janvier 2021
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031