novembre 7th, 2019 § 0 comments

 

cocon de stupeur
dans l’arrangement des lignées de cyprès
que le temps et les anneaux du vent
emportent vers cet amas de viscères
tu les dis noires mais elles sont
l’avancée qui se meut dans l’oeil
le terrain noble qui se conquiert
la pensée démêlée

deux m’as tu dit
deux cyprès suffisent à voir
dans les branches crépues l’inextricable
odeur acide du monde
en bordure des villes
la pensée prend un adage léger
que seules des circonvolutions ont essaimé
et qui se perdent, dans l’allée
et dans l’intestin d’une autre lagune
ce que tu as ruminé est l’excellence
d’une nation première
ce que tu as pensé est la risée d’un monde
étranglé

ce qui est passé sur le front de la page
est le grelot de ta pensée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

What's this?

You are currently reading at Forages.

meta

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    • Florian dans
    • Laure dans
    • Marie dans
    • Lina dans Cosmos
    • Florian dans
  • Archives

  • Catégories

  •  

    janvier 2020
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031