Claire Ceira

anima(l)

par claire le 19 août, 2016

je suis arrivée par hasard devant la maison
la route faisait une grande courbe dans ce matin de printemps,
je l’ai vue au dernier moment.
depuis la route un chemin droit bordé d’herbe
pas de jardin, seulement l’herbe tout autour
la terre caillouteuse
et loin derrière une grande barre de roche ocre
qui se perdait dans l’horizon.

cette maison était pour moi
c’était une maison étrangère
flottait dans l’air tout autour une odeur
dont j’avais perdu le souvenir.

arrivant là, j’ai laissé tomber quelque chose, dans l’entrée
une forme de solitude, une nuit vide
dont je ne m’étais pas rendu compte
la détestation que j’avais de moi,
qu’on a tous.

en visitant la maison
il y avait des traces partout.
les murs intérieurs l’embrasure des portes
ce qu’on voit à travers les vitres voilées de poussière
du dedans vers l’extérieur, le paysage
ce qui me saisissait à chaque changement de pièce :
l’adieu des habitants.

elle était comme un chien à l’attache
la tête sur ses pattes
tourné du côté de ce qui vient.
quand je suis entrée,
l’attente s’est suspendue.

pièce après pièce la géométrie intérieure, le seuil des portes, les quelques meubles encore adossés aux murs, l’ouverture large des fenêtres, et ce dont on a choisi de couvrir les murs autrefois.
tandis que tu poursuis l’exploration, et la reprends pour tout voir, que tu piétines les miettes de temps tombées sur le sol, tu la sens qui lentement rétrécit, s’approche.
tu t’assieds, les murs te touchent, souples et obéissants comme des vêtements. l’histoire de la maison elle aussi contre ta peau et tes propres défauts. et bientôt c’est le dehors qui vient s’accoler : le ciel d’un bleu brûlant, l’ocre des pierres, le silence de la campagne vide, et même l’arbre qui verse son ombre brunie sur le toit.
tu es assis sur cette chaise que tu n’as jamais connue et encore moins achetée
pour la première fois invulnérable.

3 comments

j’adore Je m’y suis vue On le dit mais plus rarement on le ressent, certaines bâtisses ont une personnalité, une âme bien à elles, accueillante ou effrayante (aussi, hélas) Ce sentiment là est pourtant bien difficile à partager … Bravo et merci

by La Nouille Martienne on 20 août 2016 at 9 h 08 min. #

Je suis partie dans des portraits de maisons imaginaires, un peu à la manière des dessins d’enfants…

by claire on 21 août 2016 at 21 h 06 min. #

J’ai aimé les parcours des échos, dans la maison vide, ce qui fut la chambre.

Et le lumière rebondissait sur les murs chaulés, du soleil de décembre.

La raison s’égare, et aspire peut-être au vertige de l’ombre

De l’abri généreux , de la main tendue, jusqu’aux décombres

Si le soleil s’est voilé, et tendu d’un ciel sans désir,

C’est, dans la portée, la parenthèse, d’un soupir,

L’espace , un instant d’années, délaissées, le pardon

Des jours brisés, un parfum d’abandon

S’en allant doucement, si les jours s’agrandissent

Comme bien sûr, ceux-ci, ont fait peau lisse.

Les petits enfants, sont revenus dans la maison du Vaucluse

Ont révélé, aux murs silencieux d’avant, cette parole recluse,

Ouverts, les chants du printemps, aux oreilles sourdes,

Et laissé aux cimetières les pierres trop lourdes

Aux phrases retrouvées, portées d’ailettes

Le vocabulaire, a retrouvé de belles lettres

Le jardin, ses insectes , coccinelles, et sauterelles

En lumière de renouveau, elle, zébrée d’hirondelles…

RC

by René Chabriere on 15 mai 2017 at 12 h 11 min. #

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.