Claire Ceira

aller (3)

par claire le 2 septembre, 2017

en fait, on attend, on est patient.
dans ces grands bâtiments ouverts, au milieu des autres
– sur des chaises en plastique,
couleur neutres,
tout est propre, gris et blanc
on appelle votre nom.
– jamais je n’ai autant entendu mon nom –
c’est la manière d’aller, dans ce pays-là
de faire la guerre contre personne, contre rien.
on est calme, on lit « Le seigneur des Anneaux »
assis, attendant.
on fait tout comme il faut,
tout ce qu’on vous dit,
on parle un peu on réfléchit
on rentre chez soi
on est bien traité,
on est souriant.

c’est pourquoi il faut lire une histoire de longues marches en pays hostile, de forêts inconnues. les éboulis et les dangers les bancs de brume autour du fleuve quand tombe la nuit,
les créatures fabuleuses
la peur la cruauté et l’union
la loyauté la douleur la faim
le repos et la mission – chevelures longues
qui flottent dans le vent glacé, les muscles, les armes et la magie.
ce qui reste à faire, le chemin vers le bord de l’enfer, la mort presque assurée, le mal.
c’est pourquoi cette lecture est si nécessaire, et rend heureux.

2 comments

Toujours ce sentiment de douceur recueillie et d’apaisement, en te lisant.

by François on 6 septembre 2017 at 22 h 38 min. #

Merci François,
je réfléchissais à tout cela, à l’aide que nous apporte l’art, l’imaginaire. Comme pouvoir être quelqu’un d’autre, aller derrière la brumeuse ligne des montagnes, être digne de la vie.

by claire on 9 septembre 2017 at 15 h 33 min. #

Laisser un commentaire

Required.

Required. Non publi.

Si vous en avez un.